Drainage Lymphatique Manuel et amputés

Dans ce chapitre nous devons considérer deux applications différentes du DLM :  
:: Pendant la phase de cicatrisation de la plaie
:: Pendant la phase d'appareillage du segment amputé

La cicatrisation

Toute plaie chirurgicale ou non entraîne de facto un processus inflammatoire. Qui dit inflammation dit œdème, et par voie de conséquence, ralentissement de la cicatrisation. Le DLM aura donc pour objectif de diminuer l'œdème et de ce fait, les berges de la plaie.  Certes dans la plupart des cas observés, la suture chirurgicale fait bien son office, les berges se collent, les cellules se reproduisent et la cicatrisation intervient dans les 10 à 15 jours (date d'ablation des points).

Mais malheureusement chez les amputés diabétiques la cicatrisation n'est pas aussi évidente. Il arrive parfois que les sutures « lâchent », que la plaie soit réouverte, que les amputés tombent sur le moignon et éclatent ce dernier. Proche de la nécrose périphérique l'œdème sera important, micro localisée certes, mais il faudra le diminuer pour faciliter la cicatrisation.

Pour ce faire, il conviendra tout d'abord de se souvenir de l'anatomie du réseau lymphatique afin de drainer la lymphe vers les collecteurs principaux. C'est ainsi que pour une amputation du tiers supérieur de jambe la couverture du tibia étant faite par les jumeaux et le soléaire, le drainage se fera donc en direction du creux poplité et vers le triangle de Scarpa. Pour les amputations de cuisse, le Scarpa et les iliaques seront les principales directions, le tout après sera dirigé par la respiration profonde et les pressions vers les iliaques profonds et la citerne de Pecquet, afin d'achever notre drainage dans les carrefours jugulo sous claviers, notamment à gauche.

Les membres supérieurs seront drainés vers le creux axillaire, les sus claviculaires et les carrefours jugulo sous claviers. La main sera drainée vers le dos de la main, vers la saignée du coude et vers les axillaires. Une fois ces drainages généraux exécutés, nous ferons un drainage particulier et précis des berges de la plaie.

Les cellules endothéliales et de la peau ne savent pas gravir des berges élevées (falaise d'Etretat…) mais prolifèrent facilement sur les plages à faible inclinaison. Il arrive donc que parfois sur les berges de la plaie, une abrasion chirurgicale ou un petit curage soit pratiquée pour les aplanir. Le drainage de la plaie sera donc exécuté au plus des berges de celle-ci et en direction des collecteurs préalablement vidés. Par la suite le pansement qui sera fait devra être légèrement compressif, le bandage réalisé avec un pression dégressive vers la racine du membre afin de faciliter la circulation de retour. Nous commencerons ainsi à « modeler » le moignon en vue de l'appareillage.

Quelques photos et schémas vont illustrer notre propos. Ce portail vous permettra de poser vos questions, nous nous efforcerons d'y répondre.  

Schémas : anatomie lymphatique général, membre inférieur, membre supérieur
Photo : amputé amputation membre inférieur, tiers moyen de jambe.

Quelques photographies

Plaie initiale (J0)
Cicatrisation Partielle (J20)
Cicatrisation Complete (J83)

 

Quelques schéma

Circulation générale
Scarpa
Poplité

Mots-clés: D.L.M